L’Union européenne se lance au secours des pays victimes du Brexit

L’Union européenne vole au secours de ses pays membres affectés par le Brexit notamment la France et l’Irlande qui recevront respectivement 735 millions et 1.1 milliards d’euros.

L’union européenne s’accorde à aider les pays subissant le Brexit. Parmi eux, la France très affectée par la rupture commerciale et l’Irlande le seul pays qui partageait une frontière terrestre avec le Royaume-Uni, recevront pour la peine 735 millions et 1.1 milliards d’euros respectivement.

Ce mardi 28 septembre, les vingt-sept pays composant l’Union européenne ont approuvé un décaissement à auteur de 5,4 milliards d’euros en faveur des pays de l’UE se trouvant en difficultés commerciales suite au retrait du Royaume-Uni au sein de l’institution européenne, dont la période de transition a pris fin en janvier 2020.

Cette allocation concerne particulièrement l’Irlande qui a subi des pertes dues à sa proximité terrestre avec le Royaume-Uni lequel avait pris des mesures commerciales strictes via l’accord post-Brexit entre Londres et Bruxelles. L’Irlande recevra, ainsi,  1,1 milliards d’euros en compensation. Tout aussi concernée en raison de la réduction de son accès à l’espace maritime britannique, la France se verra attribuer une somme de 735 millions d’euros.

Le Royaume –Uni de son côté continue d’user de ses propres programmes de soutien à l’interne afin d’atténuer le choc économique de ses firmes.

L’accord de partenariat commercial entre Londres et Bruxelles après le Brexit a été conclu le 24 décembre 2019 et a pris effet le 1er janvier 2020. Cependant, il a été finalisé le 28 avril 2021 avec le vote du parlement européen et entre en vigueur de manière effective le 1er  mai de la même année.

Ce document de 1246 pages règlemente les relations économiques existant entre le Royaume-Uni et les pays de la zone euro dans différents secteurs notamment : la pêche, le transport, les programmes de recherche et d’innovation, la coopération judiciaire, les services financiers et la politiques étrangères entre autres.

À noter que cet accord pourra être sujet à révision ou amendement tous les cinq ans. Toute sortie unilatérale devra être notifiée un an auparavant.

Marc Igor ALEXANDRE

Read Previous

L’haïtien Alexander Polynice, mention du jury au concours Les Voix d’Outre-mer 2021

Read Next

Les eaux d’Haïti, un patrimoine à exploiter