L’éducation des enfants défavorisés et de ceux à besoins spéciaux, une priorité du MENFP pour la décennie 2020-2030

Le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) a fait de ‘’l’éducation inclusive’’ l’un des piliers de sa politique éducative pour cette décennie. Parmi les quatre grandes priorités de son Plan décennal d’éducation et de formation (PDEF, 2020-2030), l’une est de « s’assurer que les groupes les plus désavantagés soient les premiers bénéficiaires des efforts de l’État dans le domaine éducatif ». Groupes comprenant notamment, les jeunes et enfants « à besoins spéciaux ou en situation vulnérable », qui sont entre autres, les enfants non scolarisés, les enfants en domesticité, les enfants en difficulté d’apprentissage et les enfants en situation de handicap.

Ce document-clé de politique publique pour le secteur de l’éducation cadre et oriente les actions à mener dans le secteur de l’éducation d’ici à l’horizon 2030. Il a été présenté au grand public par le ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle, le professeur Pierre Josué Agénor CADET, le 7 janvier 2021. 

Deux grands objectifs ciblant directement les jeunes en situation de vulnérabilité et à besoins spéciaux, y sont retenus afin de favoriser leur accès à l’éducation et leur intégration dans la société.

Primo, garantir l’accès et le maintien à l’école des enfants et jeunes en situation de vulnérabilité et à besoins spéciaux

À l’horizon 2030, le ministère vise que 30% des écoles et établissements d’enseignement et de formation accueillent des enfants en situation de vulnérabilité et à besoins spéciaux. Que 100% des écoles spécialisées existantes soient renforcées et que 100% des enfants et jeunes en situation de vulnérabilité et à besoins spéciaux aient accès au programme de santé et de nutrition financé par l’État.

« Afin de favoriser l’accès à une éducation de qualité et le maintien dans le système éducatif des jeunes en situation de vulnérabilité et à besoins spéciaux, il est prévu au cours des dix prochaines années de : premièrement, mettre en place et renforcer les infrastructures adaptées aux enfants à besoins spéciaux ; deuxièmement, augmenter les subventions accordées aux institutions de prise en charge des enfants à besoins spéciaux, et troisièmement, créer des classes de formation pour les sur-âgés et les enfants restés hors du système », souligne le document.

Secundo, améliorer la qualité de l’offre éducative et l’épanouissement des enfants et jeunes en situation de vulnérabilité et à besoins spéciaux

Le PDEF tient à ce que à l’horizon 2030, que 100% des enseignants et formateurs bénéficient d’un programme de formation complémentaire. Que les programmes destinés aux enfants et personnes en situation de vulnérabilité et à besoins spéciaux soient revisités et appliqués, et que 100% des écoles et établissements publics soient dotés des équipements et matériels adéquats.

« Outre l’accès et le maintien dans le système éducatif des jeunes les plus vulnérables et à besoins spéciaux, il est essentiel de s’assurer que ces derniers reçoivent des services d’éducation de qualité. Il est ainsi envisagé dans le PDEF de développer des programmes d’accompagnement et d’encadrement, et de doter les institutions de prise en charge des enfants à besoins spéciaux de matériels pédagogiques adéquats», souligne le ministère.

Graham G. HENRY

Read Previous

La France et l’Allemagne reconnaissent leurs responsabilités dans des actes de génocide

Read Next

Quarante huit heures après l’assassinat du feu président Jovenel Moïse, les activités sont encore à l’arrêt dans la capitale d’Haïti