La Russie accusée d’ingérence dans les législatives de 2022 aux États-Unis

Pour une énième fois, les États-Unis accusent la Russie d’ingérence dans les élections américaines. Cette fois-ci, Joe Biden accusent les autorités russes de “vouloir perturber les législatives de 2022”,  dites de mi-mandat en répandant la “désinformation”.

Le président américain Joe Biden a reproché à la Russie, ce mardi 27 juillet 2021, de vouloir perturber, en répandant la “désinformation”, les élections législatives 2022  dites de “mi-mandat” qui doivent  se tenir à l’automne 2022. Ces élections renouvèleront  tous les sièges de la Chambre des représentants et un tiers des sièges du Sénat.

« Regardez ce que la Russie fait déjà avec les élections de 2022 et la désinformation. C’est une violation pure et simple de notre souveraineté », a-t-il dit lors d’un déplacement au bureau de la direction du renseignement national, près de Washington, faisant référence à des informations qu’il reçoit à ce sujet lors d’un briefing quotidien.

Ce n’est pas la première fois que les États-Unis accusent la Russie de vouloir s’immiscer dans les élections américaines, que ce soit des élections législatives ou des élections présidentielles.

D’après un rapport de 15 pages, publié le mardi 16 mars 2021 par le Bureau du directeur des services de renseignement américain, Moscou a tenté d’influencer l’élection présidentielle américaine de 2020.

Des élus auraient été recrutés pour discréditer Biden. Et  “certains lieutenants de Donald Trump ont fait le jeu de la Russie en amplifiant des accusations effectuées par des personnalités ukrainiennes liées à Moscou contre Joe Biden, alors rival démocrate du président républicain sortant, en amont du scrutin de novembre”.

En réaction aux révélations de ce rapport, le président américain a déclaré : « Il en paiera les conséquences ». Des mots que Joe Biden a adressés à Vladimir Poutine, dans une interview diffusée le 17 mars 2021 sur la chaîne ABC.

Le jeudi 29 décembre 2016, le président américain de l’époque, Barack Obama, avait, quant à lui, ordonné l’expulsion des États-Unis de 35 diplomates russes en poste à Washington et San Francisco, accusés d’ingérence dans l’élection présidentielle américaine du 8 novembre.

Selon la CIA, les piratages  du Parti démocrate avaient été ordonnés par Vladimir Poutine dans le but de nuire à Hillary Clinton et d’aider Donald Trump à gagner les présidentielles. Washington avait également fermé deux centres russes à New York et dans le Maryland, parmi d’autres mesures. Ces sanctions sont une réponse à des efforts russes visant à « nuire aux intérêts américains », avait déclaré Barack Obama.

Graham G. HENRY

Read Previous

Les arrestations de migrants haïtiens ne cessent d’augmenter en Bolivie

Read Next

28 juillet 2021 : 106 ans de la première occupation américaine de la République d’Haïti