La CIB plaide pour une enquête internationale sur l’assassinat de Jonevel Moïse

La Conférence internationale des barreaux sollicite de l’ONU la mise en place d’une commission d’enquête  internationale sur l’assassinat de Jovenel Moïse étendue à celui du feu bâtonnier de l’ordre des avocats de Port-au-Prince Me Monferrier Dorval.

Un mois après l’assassinat du président Jovenel Moïses, l’enquête n’est pas encore bouclée. La Conférence internationale des barreaux (CIB) se mêle de la partie. Consternée, elle dénonce cet acte jugé “odieux” et demande que l’enquête soit étendue à celle de Me Monferrier Dorval.

Elle profite de la requête d’Haïti à l’ONU pour se prononcer. “Aujourd’hui, Haïti demande à l’ONU l’instauration d’une commission d’enquête internationale pour que soient établies les responsabilités dans l’assassinat du président Moïse“, publie-t-elle.

La CIB révèle qu’elle a fait appel à une commission d’enquête internationale sur l’assassinat du bâtonnier Monferrier Dorval auprès de l’ancien chef d’État, Jovenel Moïse. Cette requête n’a pas obtenu de réponse favorable de Jovenel Moïse.

La mission première de la CIB est de créer une structure de coopération entre les barreaux des pays de tradition juridique, plus précisément les barreaux francophones. Elle est composée d’avocats de 47 États parmi eux l’État haïtien  et  regroupe des “Barreaux affirmant un idéal d’indépendance et dont les organes directeurs sont démocratiquement désignés par les avocats eux-mêmes“, lit-on sur leur site.

Se disant préoccupée par l’État de droit en Haïti et la justice indépendante, la Conférence internationale des barreaux s’aligne aux côtés des Haïtiens dans leur lutte. L’une de ses principales mission sest d’aider les barreaux à devenir autonomes tout en développant un État de droit. “Elle entend aussi mettre en œuvre la notion du caractère universel des Droits de l’Homme et en particulier, les droits de la défense“, précise cette structure Internationale.

Pharah-Djine COLIN

Read Previous

Le cours du pétrole baisse à cause de la remontée du Covid-19

Read Next

Le concordat: un accord anticonstitutionnel?