Arrestation du président malien et son Premier ministre.

Dans la nuit du lundi 24 au mardi 25 mai 2021, le président malien Bah Ndaw et le Premier ministre Moctar Ouane ont trouvé leur arrestation par des soldats maliens au camp militaire de Kiti, situé à 15 kilomètres de Bamako.

Alors que le pays attendait depuis près d’une semaine et demie un nouveau gouvernement, l’annonce de la nouvelle équipe a engendré du lundi au mardi 25 mai 2021 l’arrestation par des militaires du président de transition Bah et Ndaw et le Premier ministre Moctar Ouane. Une situation qui rappelle le coup d’Etat du 18 août 2020, lors duquel un groupe d’officiers supérieurs avaient mis aux arrêts le président Ibrahim Boubacar Keita, avant qu’il démissionne.

« Le président et le Premier ministre sont ici à Kati pour des affaires les concernant », a dit un haut responsable militaire. Un cadre du gouvernement, s’exprimant aussi sous le couvert de l’anonymat étant donné le caractère sensible de ces informations, a confirmé que les chefs de l’exécutif de transition, le président Bah Ndaw et le Premier ministre Moctar Ouane, avaient été conduits à Kati, haut lieu de l’appareil militaire malien.

Acte qualifié de coup de force par la communauté Internationale qui a rapidement exprimé son inquiétude suite à l’arrestation des deux dirigeants, et considéré comme un kidnapping par le président du conseil européen.

Une délégation de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) va arriver ce mardi 25 avril 2021 au Mali pour essayer de trouver une solution à la crise.

Les habitants de Bamako restent toutefois divisés après la détention par l’armée du président de la transition et du Premier ministre.

F.S. BELIZAIRE

Read Previous

« L’éducation et les problèmes sociaux en Haïti sont liés », croit le fondateur du GRAHN

Read Next

Haïti affirme son soutien au Brésil à la Cour interaméricaine des droits de l’homme(CIDH)